28/5/2006

Par monts et par vaux

Classé dans: — site admin @ 6:16 pm

Le départ a été fixé face au camping municipal de Savigny-les-Beaune.
Le début de l’itinéraire consiste remonter le cours droit du ruisseau Rhoin puis parcourir l’adret de la combe Demange pour atteindre le lieu-dit Montagny.
Nous rejoignons le GR 7 pour gagner les Grougnons qui marque le début de la forêt du Maître qu’il faudra traverser dans sa petite largeur. Les engins forestiers ont dévasté le chemin qui réduit auparavant l’état de sente, sera complètement perdu dans peu de temps.
Au dessus du Col de Bessy-en-Chaume, la vue est époustouflante sur le Val de Saône et plus loin sur le Jura.
Avant d’arriver Crépy, le panorama nous montre l’Auxois et derrière la Morvan. Le temps ne permet pas de voir le Haut-Folin car des pluies intermittentes brouillent l’horizon.
Peu après la sortie du village de Crépy, la halte repas est effectuée aux Creux Coudés.
Quelques gouttes ont de temps autre agrémenté cette pause attendue ; la sieste participant efficacement ce moment de repos.
Un court arrêt aux ruines de l’abbaye Sainte Marie qui ne sont plus accessibles car un immeuble est en construction !
La lecture d’une affiche ne nous renseigne pas sur la nature des travaux entrepris mais sur les différents zones d’installation d’éoliennes. L’altitude de notre parcours est plus de 550 mètres ; le Val de Saône se situant 200 mètres.
La randonnée se poursuit en regagnant le ruisseau Rhoin, le chemin nous fait traverser la Roche Percée.
Après le pont sur le Rhoin, nous gagnons la combe du Vent qui permet de rejoindre un chemin en balcon pour rejoindre Savigny-les-Beaune par la rive gauche du Rhoin.

(photos de la balade Crédits photos : Jean-Louis)

18/5/2006

Puy-L’Evêque – Luzech

Classé dans: — site admin @ 6:55 am

Le temps est couvert avec la menace de l’orage tout au long de la matinée.
De 6 participants, nous partons à 4 de Puy-L-Evêque, mais 3 abandonneront à Prayssac.

Après la montée de Prayssac et avoir longé les Dolmens, la descente est rapide sur Castelfranc.
Après avoir traversé la petite cité, le chemin est pentu. Sur la fin de la montée, il se termine par un chemin de croix dans une allée de buis zigzagante.
Sur le plateau, nous rencontrons les premières vignes d’appellation Cahors.
Avant de descendre sur Luzech, nous abordons le rebord du plateau avec une vue splendide sur la vallée du Lot. Nous traversons un oppidum gaulois.

Arrivés à midi à Luzech ; le restaurant ne sera pas à la hauteur de l’image du Quercy.

Luzech marque la fin de ce facile trek gastronomique dans le Périgord.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

17/5/2006

Bonaguil – Puy-L’Evêque

Classé dans: — site admin @ 6:54 am

C’est la gastronomie qui rythme notre progression en pays périgourdin. Une étape de 20 kilomètres effectuée dans la matinée afin d’arriver à l’heure pour le repas du midi.
Hors le point de vue sur la vallée du Lot avant d’arriver à Duravel, le parcours est sans difficulté majeure et sans site particulier à visiter.
Néanmoins les derniers kilomètres sont pénibles pour une partie des participants car la température est caniculaire, presque orageuse.
D’autre part, quelques-uns ont faim car le petit déjeuner du matin, pour une fois, a été frugal.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

16/5/2006

Lacapelle-Biron – Bonaguil

Classé dans: — site admin @ 6:53 am

Nous ne marcherons que le matin, soit un parcours de 16 kilomètres environ pour atteindre le but de la journée : le restaurant du jour.
Au cours de cette matinée, nous avons effectué une bonne action ; nous avons supprimé toutes les banderoles en plastique qui servent de repères aux quads. Ces quads, ainsi que les motos, sports dits “verts", sont les plaies des chemins de randonnée. Quand une action sera-t-elle entreprise pour leur réserver d’autres parcours particuliers ?

Après un repas périgourdin préparé par des Anglais, nous visitons les ruines du château de Bonaguil.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

15/5/2006

Montferrand-du-Périgord – Lacapelle-Biron

Classé dans: — site admin @ 6:52 am

C’est avec soulagement que nous quittons cet hébergement de très mauvaise qualité.
Cette étape est la plus longue de ce trek facile, nous effectuerons ce jour-là 32 kilomètres.

A Montferrand, nous admirons un magnifique hall et plus loin, dans le cimetière, nous visiterons une chapelle romane avec des fresques à l’intérieur.

Le chemin est toujours aussi aisé, et le temps très clément.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

L’arrêt repas est prévu à Montpazier, au restaurant situé sur la place de cette magnifique bastide.

La marche de l’après-midi est difficile car en plus de la chaleur et de l’excès de table, le rythme des pas est très rapide.

Un bref arrêt au pied du château de Biron, nous permet d’admirer cette forteresse ainsi que l’étendue du panorama circulaire qui s’offre à nos yeux ; la vue porte à plus de 30 kilomètres.

Encore quelque distance pour atteindre l’excellent gîte municipal de Lacapelle-Biron où nous nous rendrons au Monument Départemental de la Déportation.

photos de la balade Crédits photos : Georges)

14/5/2006

Lalinde – Montferrand du Périgord

Classé dans: — site admin @ 6:51 am

Départ dans le brouillard qui se lèvera vers onze heures.
C’est une étape assez longue qui sera effectuée sans trop de difficulté.

Après avoir traversé la Dordogne, une forte courte montée nous amène à la chapelle Saint Front qui a terrassé le dragon Goulobre.
La marche dans la campagne périgourdine ne présente aucune difficulté.

Arrêt à Saint-Vit-Sénier pour voir l’abbaye du 12ème siècle, église classé au patrimoine mondial et se restaurer à l’auberge villageoise proche du lieu.

L’après-midi, est assez longue car l’hébergement se situe au-delà de Montferrand au lieu-dit Le Bost. Le gîte est d’une qualité presque, sinon, mauvaise.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

13/5/2006

Limeuil – Lalinde

Classé dans: — site admin @ 6:49 am

Petit-déjeuner dans la salle de réception, agréable et majestueuse, du château.
Nous partons sous la pluie qui tombera durant presque trois heures.

Après-Limeuil-Haut, nous traversons Trémolat qui possède une église romane fortifiée.

Le sentier nous fait surplomber la Dordogne. Le pas est rapide car l’objectif est d’atteindre le restaurant Le Barrage situé à Mauzac.

Lalinde est une très jolie bastide du 13ème siècle.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

12/5/2006

Tursac – Limeuil

Classé dans: — site admin @ 6:48 am

Réveil au chant du coq qui parcourt les allées du camping de la ferme du ¨Peloux.
La pluie nous tient compagnie une bonne partie de la matinée.

Après Eyzies, nous sommes dans l’aire de l’homme de Cro-Magnon.
Plus loin, nous passons près de la grotte de Saint-Cirq.

Le repas est pris au Relais Buguois. Les habitudes de manger les « jambes pendantes », plutôt qu’allongées, nous semblent très agréables.

L’après-midi est plus clémente, le soleil nous tient compagnie pour la fin du parcours. Le chemin, en surplomb sur la Vézère, est très facile et bucolique.

Ce soir est une bonne étape, nous logeons au château de la Vitrolle.

photos de la balade Crédits photos : Georges)

11/5/2006

Montignac – Tursac

Classé dans: — site admin @ 6:47 am

Le GR 36 nous fait longer les sites préhistoriques dont celui de Lascaux.

L’objectif du midi étant un repas gastronomique, l’allure est soutenue pour arriver à une heure normale pour le déjeuner à l’auberge du Péprol, chez « Jeannine ».
Le menu consiste en un repas périgourdin classique à savoir une soupe, une tranche de foie gras de canard, un confit d’oie avec des pommes sarladaises, un assiette de fromage, un feuilleté aux pommes, café et Bergerac rouge.

L’après-midi, nous amène à réduire un peu la distance à effectuer en prenant un raccourcis car la bonne chère fatigue le randonneur !!! Et la sieste n’étant pas prévue au programme pour des raisons de temps.
Néanmoins, nous longeons quelques sites troglodytes ainsi que le fort et la cité troglodytiques de La Roque saint Christophe.

L’hébergement est prévu en mobil-home à la ferme du Pelou. C’est très confortable avec en prime le gazouillis des oiseaux, le roucoulement des pigeons et le cocorico d’un coq.
Du terrain de camping, la vue est splendide sur La Vézère.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

10/5/2006

Milhac-d’auberoche – Montignac

Classé dans: — site admin @ 6:46 am

C’est une longue étape qui nous attend ; 28 kilomètres environ.
Mais avec un excellent et copieux petit déjeuner, nous avons suffisamment de comburant pour effectuer le trajet sans panne !!!

Depuis le début de ce trek, les petit déjeuners sont tous savoureux et copieux.
Autre remarque, tous les gens rencontrés au long de ce trek sont très courtois et avenants. Cela nous change grandement de l’expérience Corse.

En cours de chemin, nous visitons le château de Helm.
Repas pris « Chez le Cocu » qui est un lieu dit ; repas à la rillettes d’oie.

Le chemin est toujours aussi agréable et plat. Mais de temps à autre, à des parfums sublimes de lilas, d’églantiers, etc… succèdent des odeurs d’ensilage. Nous sommes à la campagne et tout se mérite !

Montignac est un bourg médiéval avec sa boutique « d’articles de l’époque » près de la Vézère qui est une jolie rivière.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

9/5/2006

Périgueux – Milhac-d’auberoche

Classé dans: — site admin @ 6:44 am

On apprécie le taxi pour entrer ou sortir d’une agglomération. Quelle distance de goudron escamoté !
Il faut noter que le GR 36 comporte de très grandes portions asphaltées auxquelles nous n’étions pas habituées lors des autres treks.

Au Change qui possède une belle église romane et un excellent boulanger. Nous ravitaillons en vue du repas du midi.
Avant cette pose, nous abordons notre véritable dénivelé du fait de sa pente. Dénivelé qui n’est que d’environ 50 mètres !!!
Nous déjeunons dans un cadre sympathique et bucolique.

L’après-midi, nous pressons le pas car l’hébergement se situe dans une ferme-auberge qui élève des oies pour en faire du foie gras.

Une visite de l’exploitation et des explications expertes nous renseignent sur l’accommodation de l’oie.
L’apéritif consiste en du magret d’oie séché accompagné d’un excellent Bergerac.
Très bon pour dire simplement le ressenti.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

8/5/2006

Bourdeille – Périgueux

Classé dans: — site admin @ 6:43 am

Départ sous une pluie matinale qui cessera au bout d’une heure.
C’est le pays de la glycines. Elles sont exubérantes !!!

A Bussac, nous visitons l’église romane puis nous continuons par des chemins qui sont tout plats.

Le repas du midi sera pris près des ruines du Prieuré de Merlande. L’arrêt est très court car la pluie menace.

C’est très tôt dans l’après-midi que nous arrivons aux ruines de l’abbaye de Chancelade où un taxi nous mène à Périgueux.

La visite de la cité, la cathédrale Saint-Front, les ruines gallo-romaines, etc.., est accompagnée de pluies orageuses.

(photos de la balade - photos de PérigueuxCrédits photos : Georges)

7/5/2006

Paussac-Saint-Vivien – Bourdeille

Classé dans: — site admin @ 6:42 am

Troisième journée de marche. Les habitudes commencent à s’installer !!!
L’objectif du jour est de gagner Brantome pour le repas de midi qui sera pris au restaurant « Hostellerie du Périgord Vert ».

C’est plus un trek gastronomique qui s’annonce qu’une randonnée sportive.
Le repas est à la hauteur des espérances avec le menu « surprise ».
Mais avant cette dégustation, la visite de la petite cité était au programme : abbaye, fontaine Médicis, château de la Hierce, grotte, etc..

La marche de l’après-midi se déroule à un rythme plus lent.

Une chance, le parcours est très bien balisé car nous avons peut-être un peu abusé du Bergerac !!! Mais le total de l’étape représente néanmoins 26 km.
C’est avec un grand plaisir que nous arrivons au gîte.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

6/5/2006

Vieux Mareuil – Paussac-Saint-Vivien

Classé dans: — site admin @ 6:41 am

Après un très copieux petit déjeuner ; pour être plus précis, un véritable « breakfast » avec haricots et saucisses, nous partons d’un pas alerte pour cette deuxième étape.

L’itinéraire ne présente aucune difficulté particulière. C’est plat !!!
Ce trek est à recommander pour s’initier à « l’itinérance ».

Eglises romanes, jolies maisons, fleurs écloses et parfumées. La campagne est fort jolie au rythme des pas.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

5/5/2006

Villebois-Lavalette – Vieux-Mareuil

Classé dans: — site admin @ 6:38 am

Premiers pas pour ce trek annuel qui se déroule cette année sur le GR 36 (entre Angoulême et Cahors).
Après une nuit dans un hôtel très sympathique, nous quittons Villebois-Lavalette en passant près du château.

La chapelle de Saint Cybard a été témoin du baptême de La Rochefoucauld.

C’est à La Rochebeaucourt qu’est prévu le ravitaillement pour le repas du midi.

L’après-midi, nous traversons le plateau Argentine où se trouvent un aérodrome et un parcours botanique très original.
L’après-midi, le soleil fait sa première apparition.
Cette étape de 28 km se termine dans un gîte tenu par des anglais.

(photos de la balade Crédits photos : Georges)

1/5/2006

3ème Marche gourmande des Monts de Gy

Classé dans: — site admin @ 10:34 pm

Une marche très originale que cette Marche Gourmande des Monts de Gy organisée par l’Office de tourisme des Monts de Gy avec pour partenaires les fournisseurs locaux !!!
Un circuit campagnard d’environ 13 14 km permet de se sustenter et de s’abreuver aux différents stands éparpillés tout au long de cet itinéraire.

L’apéritif, “apéritif local et ses gourmandises“, n’est distribué qu’après un trajet éprouvant de 2,750 km dans la campagne autour de Choye.

Ensuite, un parcours de 3,500 km travers champs et bois a permis d’atteindre l’étape entrée froide qui se composait de “Rillettes Comtoises et jambon l’os“, accompagnée de Vins de Pays ; vin blanc et/ou rosé au choix. Cette première halte gastronomique vers les onze heures passées fut fort appréciée sa juste valeur culinaire.

Ce n’est qu’après un effort de 5,500 km qu’il fut permis de s’asseoir dans le gymnase du Château de Choye pour déguster les “Belles Comtoises au Bleu de Gex Haut-Jura et son gratin“. Ce fut un délice !!!
Puis furent servis du Comté et du Morbier avec une salade délicieuse, tout faîchement cueillie.
Pour apprécier ce plat de résistance, un vin rouge de Pays, un gamey, fut servi.
Un accompagnement musical divertissait l’assemblée masticante et parfois chantante.
Réconforté et revigoré, c’est avec une certaine tristesse que la table fut abandonnée, mais le moral était tout bandé pour gagner l’étape suivante.

Pour déguster les douceurs sucrées, l’épreuve fut très éprouvante. En effet l’étape correspondait un parcours bucolique de 5,500 km. Tout au long de cette marche d’approche, les mirages “d’Aumonière Gyloise accompagnée de vin mousseux” ne cessaient d’être présents aux yeux de chaque randonneur.

Pour terminer ce trek très éprouvant, un café accompagné de chocolats et de biscuits fut très apprécié.

Merci toute l’organisation pour un parcours gastronomique sans faute.
A l’an prochain pour découvrir un autre coin des Monts de GY.

Vive la Marche Gourmande des Monts de Gy

(photos de la balade Crédits photos : Jean-Louis)